accueil diaporama, Actualités, Aménagement du territoire, Espace presse, Mobilité, Urbanisme

Angers-mag, Tribune de Florence Denier-Pasquier, le 08/02/16

« Climat, urbanisme, habitants : pourquoi la ligne B du tram ne peut attendre »

Florence Denier-Pasquier, vice-présidente de la Sauvegarde de l’Anjou et secrétaire nationale de France Nature Environnement, à rédigée la tribune du lundi pour Angers-mag. Elle revient sur l’orientation prise par la Commission permanente de la Communauté urbaine de repousser le début des travaux de la ligne B du tram à 2019.

« Freiner ainsi le tram c’est donc encore reculer la véritable prise en compte de l’enjeu climatique sur notre territoire alors que la COP21 vient de souligner l’urgence de l’action »

 8910812-14127194 archive AngersMag

L’annonce du report de la deuxième ligne de tramway pour 2022 est pour le moins surprenante à peine plus d’un mois après l’arrêt du projet de Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUI) voté à l’unanimité par le conseil communautaire d’Angers Loire Métropole le 14 décembre 2015.

Ce dernier souligne l’enjeu climat de nos transports, puisque sur le territoire de la métropole 50% des émissions de gaz à effet de serre sont émises par le secteur des transports de personnes et des marchandises. L’objectif, louable et clairement énoncé, du projet de PLUI est de « réduire le recours à la voiture individuelle » et ce scénario repose notamment « sur les potentiels de croissance de la demande sur le réseau de transports en commun avec la mise en service d’une 2e ligne de tramway » comme le soulignait M. Dimicoli ( vice-président d’ALM chargé de l’urbanisme) lui-même.

Installer rapidement une deuxième ligne de tram, c’est donner un signal clair pour inciter à modifier ses choix de transport au quotidien, c’est aussi permettre de redéployer les bus et d’améliorer leurs fréquences pour les autres quartiers et communes de l’agglomération. Elle n’est pas le tout d’une politique de déplacements plus durable, qui doit aussi être ambitieuse pour le vélo, la marche à pied, l’offre de stationnement, l’amélioration de l’intermodalité…, mais c’est un élément fort et structurant. Freiner ainsi le tram c’est donc encore reculer la véritable prise en compte de l’enjeu climatique sur notre territoire alors que la COP21 a souligné l’urgence de l’action.

———————————————    Lire la Suite    —————————————————————————

Pour aller plus loin, voici des liens vers des articles d’Angers mag  (1) et (2) 

 

 

Aucun commentaire accepté

Les commentaires sont déactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.