Agriculture, Aménagement du territoire, Santé

Intoxication au métam-sodium en Maine-et-Loire : la Sauvegarde de l’Anjou porte plainte

Mardi 9 octobre 2018, une soixantaine de personnes ont été intoxiquées à Brain-sur-l’Authion en raison d’une mauvaise application d’un traitement de métam-sodium, pesticide utilisé pour désinfecter les sols avant une production maraîchère. Une soixantaine de personnes ont été intoxiquées. La Sauvegarde de l’Anjou s’indigne et porte plainte.

Crédits photo : Jimmy Legrand – Licence Creative Commons (https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/)

Un pesticide dangereux pour l’environnement et la santé
Le métam-sodium est fortement utilisé en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire par le maraîchage, notamment pour la production de mâche. Produit extrêmement toxique pour les organismes vivants, fortement soupçonné d’être cancérigène et de perturber le développement chez l’humain, son utilisation n’est autorisée en France que sous de strictes conditions. En Maine-et-Loire, c’est un arrêté préfectoral datant du 20 janvier 2017 qui fixe ces conditions.

La Sauvegarde de l’Anjou demande l’interdiction de cette molécule
Devant ce cas d’intoxication, de pollution de l’air et de l’environnement, Yves Lepage, président de la Sauvegarde de l’Anjou, réagit : « Il est inacceptable qu’un produit si dangereux et dont l’usage est très réglementé soit si mal appliqué, et pour la deuxième fois semble-t-il sur ce même secteur. Il y va de la santé des riverains, des agriculteurs et des salariés agricoles qui manipulent et épandent». Yves Lepage renchérit « Ce produit qui, de surcroît, détruit toute vie dans le sol, est manifestement difficile à maîtriser. Il a déjà provoqué de graves cas de pollutions des eaux en région nantaise et en Bretagne. La Sauvegarde de l’Anjou demande donc aux ministres de la Transition Ecologique et Solidaire et de l’Agriculture d’en interdire l’usage et d’accélérer considérablement le soutien au alternatives aux pesticides».
En attendant cette interdiction, la Sauvegarde de l’Anjou demande au préfet du Maine-et-Loire de renforcer l’arrêté préfectoral du 20 janvier 2017 afin d’encadrer encore mieux l’utilisation du métam-sodium : application par des sociétés spécialisées, formation plus poussée des applicateurs agréés, augmentation des distances de sécurité, modalités d’information préalable plus précises…

La Sauvegarde de l’Anjou porte plainte
Afin que toute la lumière soit faite sur les intoxications répétitives à Brain-sur-l’Authion la Sauvegarde de l’Anjou a décidé de porter plainte contre les personnes à l’origine de cette intoxication et d’être partie à la procédure en cours.
Pour Florence Denier-Pasquier, vice-présidente de la Sauvegarde de l’Anjou, « une enquête judiciaire doit permettre de comprendre les causes précises de cette intoxication afin qu’elle ne se renouvelle pas ici ou ailleurs. Nous suivrons avec attention les résultats de l’enquête en cours ». Elle ajoute que « la filière du maraîchage, dont les producteurs de mâche « nantaise », doivent prendre leurs responsabilités en revoyant profondément leur mode de production et donc leur cahier des charges. Il y a urgence ! »

Pour télécharger notre communiqué de presse : CP_Metam-sodium_reaction_de_la_SvA_2018-10-12_vweb.pdf

Aucun commentaire accepté

Les commentaires sont déactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.