accueil diaporama, Actualités, Espace presse, Pollutions

Menace de mort sur un agent de l’Onema : un responsable de la FDSEA du Maine-et-Loire condamné

Mercredi 14 janvier, le tribunal correctionnel d’Angers a condamné à 4 mois de prison avec sursis M. Pascal Laizé, responsable eau et environnement de la FDSEA 49, pour avoir violemment agressé les agents de l’ONEMA venus constater l’infraction de non respect des règles d’emploi des pesticides sur son exploitation à proximité d’un cours d’eau sur la commune de La Bohalle (Vallée de l’Authion). La Sauvegarde de l’Anjou condamne également cette attitude particulièrement grave et irresponsable… et souligne que les règles de protection de l’environnement et les agents chargés de les contrôler méritent un strict respect.

ONEMA

Le 13 juin 2013, M. Pascal Laizé avait proféré des menaces de mort contre un agent assermenté et opposé résistance à deux gendarmes dans l’exercice de leur fonction, alors qu’un agent de l’Onema constatait dans l’exploitation de M. Laizé l’épandage irrégulier de pesticides à proximité d’un cours d’eau. Lors du constat, M. Laizé avait prévenu l’agent qu’il repartirait « les pieds devant » et avait proféré plusieurs insultes et menaces à son égard.
M. Pascal Laizé est « responsable » eau et environnement de la FDSEA 49 : à ce titre, il ne pouvait ignorer les enjeux liés au respect des règles environnementales. Cette agression d’un agent de l’ONEMA n’est pas un fait isolé. Elle s’ajoute à de nombreuses pressions de toute nature, souvent violentes, organisées régulièrement dans les départements par la FNSEA au mépris des règles élémentaires de vie en société, des règles environnementales et des contrôles publics. La mansuétude des pouvoirs publics vis-à-vis de tels faits ne peut que les encourager.
F. Denier-Pasquier, vice-présidente de la Sauvegarde de l’Anjou et de France Nature Environnement, et rapporteure d’un récent avis du CESE sur l’eau et l’agriculture (1), souligne : « en matière de pesticides, les efforts collectifs de prévention des pollutions peuvent être ruinés par le comportement condamnable de quelques-uns. La réglementation s’applique à tous et doit pouvoir être normalement contrôlée sur le terrain par les agents de l’Etat. Nul ne peut se déclarer au dessus des lois ! Un responsable agricole ne peut se comporter comme un voyou pour défendre des intérêts corporatistes. Epandre des substances de mort dans la nature, menacer de mort les personnes chargées de la protéger… où nous mène l’agro-industrie? ».
En France, plus de 90% des cours d’eau sont pollués par les pesticides et cette contamination généralisée se vérifie dans les Pays de Loire. En Maine-et-Loire, l’Observatoire de l’eauii du Conseil Général souligne que « la problématique pesticides est préoccupante » avec une forte occurrence de certains pesticides et de leurs dérivés, y compris de l’atrazine, pourtant interdite depuis 2003 !
La réduction des pollutions diffuses vise à répondre à des enjeux collectifs de santé publique et d’environnement : les pesticides sont d’abord dangereux pour la santé des agriculteurs et, tôt ou tard, ces produits néfastes se retrouvent dans les captages d’eau potables et obligent les collectivités territoriales à engager des traitements complexes et coûteux, payés par la facture d’eau des consommateurs. Les pesticides portent également atteinte à la biodiversité, à la qualité des eaux et de l’air. Malgré l’engagement du Grenelle de l’environnement de diminuer de 50% l’emploi des pesticides d’ici 2018, les baisses de consommation ont du mal à se vérifier sur le terrain.
La Sauvegarde de l’Anjou demande à l’ensemble du monde agricole de faire preuve d’une action beaucoup plus volontariste et citoyenne pour développer une agriculture économe en pesticides. Cet objectif est source d’innovations — comme celles présentées au SIVAL (Salon des productions végétales) qui se tient actuellement à Angers — préserve la santé de tous et répond aux attentes de la société pour une alimentation saine et un environnement préservé.

1. La gestion et l’usage de l’eau en agriculture, adopté le 23 avril 2013, www.lecese.fr

 

Lire le communiqué de presse de la Sauvegarde de l’Anjou

Aucun commentaire accepté

Les commentaires sont déactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.