Biodiversité (1) et (2):

p86

p86 du livre “Pour l’environnement et le patrimoine, 50 ans d’actions”

 

(1) Il faut préserver la biodiversité

On estime qu’on ne connaît que 10 à 20 % des espèces vivant sur Terre. On en découvre en permanence.

Chaque espèce est unique et irremplaçable. Sa disparition, irréversible, peut avoir des conséquences importantes et imprévisibles sur d’autres espèces, avec des effets en cascade.

La diversité génétique dans les espèces leur permet de s’adapter au changement (de l’écosystème, climatique ou autre) et assure la survie du vivant. Les êtres vivants et les écosystèmes doivent être préservés pour assurer la pérennité de la vie sur terre.

Les services économiques, culturels et environnementaux, que les écosystèmes rendent à nos sociétés, demeurent indispensables à notre développement et notre avenir :

 La fourniture de biens tels que de nombreux produits alimentaires (cueillette, chasse, pêche …) , les vertus thérapeutiques des plantes (très souvent à l’origine des médicaments de synthèse), l’eau douce, l’oxygène, des matières premières pour l’industrie…

 Des auxiliaires de la production agricole tels que la prédation des parasites, la pollinisation, l’augmentation du rendement des prairies…

 La régulation de la qualité de l’environnement tels que le recyclage des déchets, la limitation des inondations (zones humides), le stockage du carbone…

 Les services socio-culturels tels que le récréatif, l’esthétique, le spirituel…

 L’auto-entretien de l’environnement (formation des sols, photosynthèse, cycles nutritifs…)

 L’intérêt de la recherche scientifique fondamentale et de la biologie appliquée

 …

Au contraire de ce que notre monde croit, protéger la nature apporte des gains financiers, c’est sa destruction qui inflige des coûts immenses.

 

(2) La biodiversité est menacée

Il est aujourd’hui admis (ONU) que la perte de biodiversité constitue, avec le changement climatique, l’autre menace environnementale majeure posée à l’humanité. Après 5 grandes phases d’extinctions, la Terre connaît aujourd’hui une nouvelle crise, due aux activités humaines. Cette crise est plus rapide que les précédentes.

Au niveau mondial, des espèces sont menacés d’extinction : 1 (espèce d’)oiseau sur 7 –

1 mammifère sur 3 – 2 poissons sur 5 – 1 amphibien sur 3 – 1 reptile sur 2.

Des millions d’hectares de forêts sont totalement rasés, essentiellement en zones tropicales, entraînant la disparition d’une biodiversité très riche.

Depuis 1990, 50 % des zones humides de la planète ont été détruites, alors qu’il s’agit de l’un des écosystèmes les plus productifs sur le plan écologique.

Au nom de la rentabilité économique, on a réduit fortement la diversité des plantes cultivées et des animaux élevés, ce qui présente un danger pour l’alimentation humaine : un accident écologique (épidémie, conditions climatiques changeantes…) peut se produire et causer des dégâts d’autant plus importants et plus graves pour l’homme que l’espèce touchée représente une forte part de la production alimentaire mondiale.

Parmi les principales causes de perte de biodiversité :

 la destruction des habitats ou leur fragmentation (marées noires, urbanisation, infrastructures, agriculture industrielle, barrages, destruction des forêts tropicales…),

 le changement climatique (ours polaire…),

 la pollution,

 la surexploitation (sur-pêche…),

 les espèces exotiques envahissantes, etc.

Aucun commentaire accepté

Les commentaires sont déactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.