accueil diaporama, Actualités, Aménagement du territoire, Mobilité, Patrimoine, Patrimoine bâti, Urbanisme

Nouveau parking place de l’Académie : ce projet doit être évalué au prisme de l’engagement vers la neutralité carbone dès 2030 !

Le Conseil de communauté d’ALM délibère lundi pour créer un nouveau parking-silo de 300 places en face du château d’Angers, dans le quartier historique de l’Esvière qui fait face au château d’Angers. Ce projet va à l’encontre du bon sens et tourne le dos à la transition écologique annoncée à Angers.

La Sauvegarde de l’Anjou salue le beau projet de réaménagement des places Kennedy et de l’Académie, qui redonne aux piétons l’usage de ce secteur à la fois historique et en plein cœur de ville. La réalisation simultanée d’un nouveau parking de 300 places génèrera l’effet exactement inverse en créant un véritable aspirateur à voitures à proximité immédiate du château – dans l’un des secteurs déjà les plus chargés par la circulation automobile. Un pas en avant, deux pas en arrière ?

A l’heure où l’agglomération d’Angers a déclaré “l”urgence climatique”, alors même qu’elle vient d’être retenue parmi les 100 villes européennes visant la neutralité climatique d’ici 2030, il est plus que temps d’interroger la création d’un stationnement en face du château qui, combiné à la première heure de stationnement gratuit, est un nouveau moyen d’attirer la circulation automobile en cœur d’agglomération.

Aucune étude de fond n’a justifié la création de ce parking, ni étudié les alternatives possibles pour l’accès au centre-ville. Au contraire, les révisions en cours du SCOT et du PLUi doivent définir une nouvelle organisation des déplacements visant à inverser la courbe toujours ascendante des gaz à effet de serre à Angers en diminuant la place de l’automobile en ville, afin de sécuriser et de faciliter les modes moins polluants. La stratégie d’ensemble pour une mobilité neutre en carbone doit être la priorité, en évitant que des décisions contraires soient prises.

Dans l’organisation des déplacements, l’accès touristique à la ville doit être traité de façon globale et cohérente pour à la fois favoriser la fréquentation de notre ville et participer à la réduction de la voiture en ville et près des sites remarquables – en utilisant les transports en commun, la gare proche, l’intermodalité, l’accueil des tour-opérateurs, et la valorisation des sites.

Nous demandons que l’agglomération d’Angers utilise l’expertise européenne que lui confère sa récente désignation parmi les 100 villes neutres pour le climat pour construire une véritable stratégie de mobilité cohérente et évaluer l’ensemble de ses projets au regard de cet objectif essentiel.

Aucun commentaire accepté

Les commentaires sont déactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.